Louis&Adrien, les saveurs du terroir livrées à domicile

Ossau Iraty du Pays Basque, Rocamadour du Lot, tome des Bauges de Savoie, jambon de Lacaune…tous ces produits de terroir, accompagnés de pain encore chaud et de vin, Louis&Adrien vous les apportent à domicile, tous les soirs à Paris. Curieux de bonnes choses, je me devais de rencontrer ces Jean-Pierre Coffe en herbe, la calvitie en moins, qui ne jurent que par le terroir, les petits produits locaux issus de nos belles régions et les marchés traditionnels. Après cette intro façon Jean-Pierre Pernault, autant jouer la transparence sur les conditions de terrain de cet entretien, réalisé en dégustant l’Ardi-Gasna du pays Basque avec un verre de vin rouge. A la bonne franquette : promesse tenue par Louis&Adrien.

le-mag-de-poche-wordpress-image-louisetadrien (2)
Comment vous vous êtes rencontrés ?

En école de commerce à Nice, au rugby. On s’est retrouvés face à face, puis on est devenus copains. On a pas mal voyagé ensemble, avant de travailler en stage à Paris. On a toujours eu comme objectif de monter notre projet, de faire quelque chose par nous-même. Et le monter ensemble. La question, c’était quoi ? Et puis on a fait un constat simple en vivant et en travaillant à Paris : le rythme de travail ne te laisse pas le temps de faire la cuisine. Et donc, on comprend que les gens préfèrent se faire livrer. Sur ce marché, finalement l’offre est peu diversifiée : sushis, pizzas, quelques kebabs ou burgers. Le plus souvent, c’est de la malbouffe. Nous venons du Sud, nous aimons les bons produits, nous nous sommes dits qu’il y avait quelque chose à faire. Pour l’anecdote, tous les dimanches soirs on rentrait à Paris entre colocataires, et tous ramenaient de bons produits du terroir : fromages, terrines, jambons… on faisait un festin.

L’idée est donc partie de là ?

Oui, on a étudié le marché, et il n’y avait aucun acteur sur ce secteur. Banco, on part là-dessus. L’idée de départ était la livraison d’apéritif, mais le terme a une mauvais connotation, loin de la qualité des produits qu’on souhaitait vendre.

Comment vous résumeriez votre offre alors ?

Nous souhaitons apporter le savoir-faire de petits producteurs du terroir à Paris, dénicher des produits introuvables à Paris. Nous avons donc sillonné la France tout l’été, deux mois durant, pour trouver des producteurs prêts à travailler avec nous. Nous avions quelques contacts de départ, mais on a privilégié la découverte et l’improvisation. On a frappé à toutes les portes, fait les marchés : « On cherche le meilleur saucisson du Tarn, vous connaissez quelqu’un ? ». Et on a fait de super rencontres.

le-mag-de-poche-wordpress-image-louisetadrien (13)
Les producteurs ont immédiatement accepté le projet ?

C’était un challenge quand même. On a rencontré par exemple des bonnes sœurs qui faisaient du fromage de chèvre, mais qui n’avaient pas forcément envie de quitter le marché local. Mais on a réussi à convaincre sur l’idée de promouvoir un savoir-faire. Encore une fois, les produits que l’on vend n’ont rien à voir avec ce qu’on trouve au Monoprix. Et les producteurs qu’on met en avant sont de vrais personnages, avec une histoire : pour trouver notre producteur de fromages basques, on a randonné pendant deux heures dans la montagne ! On souhaitait faire partager ça aux Parisiens.


Quels sont les premiers retours de vos clients ?

Les gens sont très réceptifs, les produits cartonnent, parce que les clients savent qu’ils ne trouveront ces produits nulle part ailleurs à part sur de tous petits marchés. Et puis les gens apprécient le fait que ces produits soient français, locaux : le made in France explose aujourd’hui.

Votre positionnement, c’est donc la qualité. J’imagine que le service est à l’avenant ?

En dehors du produit, nous souhaitions offrir quelque chose de plus. Nous avons choisi le format de la boîte, pour son aspect pratique d’une part, et pour le plaisir de la découverte à l’ouverture d’autre part. Par contre, contrairement à d’autres offres de boîte (ou box), on ne fonctionne pas sur un abonnement. On répond à une demande ponctuelle et immédiate : je veux faire un apéritif dînatoire ce soir chez moi. Nous livrons dès 17h les commandes du jour, en moins de 45mn.

C’est un service haut de gamme ?

Sympa, plutôt que haut de gamme, à la bonne franquette : on livre avec le sourire, on discute un peu avec nos clients, on leur présente les produits et on répond à leurs questions. On veut casser l’image du livreur de pizzas qui arrive casqué et qui repart aussi vite. Le dress code est adapté : Adrien porte le nœud papillon, j’ai un béret…Et ça surprend les gens quand ils nous ouvrent la porte, ça incite à la discussion.

On n’imagine pas forcément être livré par les deux compères qu’on voit sur le site…

Oui, même si c’est beaucoup de boulot ! Hier soir on a fait 20 livraisons…on va donc bientôt engager un livreur.

Votre clientèle est fidèle ?

Oui, d’autant plus que la boîte est consignée : une boîte remise à la livraison donne droit à 3 euros de réduction. Le plus souvent, les clients gardent la première boîte, et recyclent les suivantes. On les récupère, et ça arrange tout le monde.

Vous faites des opérations spéciales ?

Oui, pour la Saint Valentin, nous lançons la « Sans Valentin » : on propose aux clients, notamment aux clientes, de choisir un livreur plutôt qu’une boîte. Ce jour-là, on pourra choisir Louis&Adrien, ou l’un de leurs copains. Mais bon, ça reste bon enfant dans l’idée : c’est pas Adopte un mec, juste une livraison sympa et personnalisée.



Qu’en est-il de la saisonnalité des produits ?

C’est le gros challenge sur notre phase de lancement : nous travaillons avec des petits producteurs qui respectent la saisonnalité des produits. En hiver, les chèvres ne produisent plus de lait : entre décembre et mars, elles sont en gestation. Si vous trouvez du fromage de chèvre durant cette période, ce n’est pas du frais. Mais on propose des alternatives : du Rocamadour (là, c’est la fin de la saison…), du fromage de brebis, ou de la tome de vache. A partir de mars, tous les produits reviennent : ça va être un festival !

L’accord des saveurs est pensé pour chaque boîte ?

Pour le vin, on travaille avec Quentin, un ami passionné d’œnologie : il connaît beaucoup de petits producteurs, et il nous aide sur les associations produits/vins. Pour les produits, ce sont les producteurs qui nous conseillent : ils savent comment leurs fromages vieillissent, et quels sont les mariages avec la charcuterie qui fonctionnent le mieux. Mais les gens peuvent aussi composer leur boîte à la carte.

Merci Louis&Adrien !

Retrouvez l’actualité de Louis&Adrien sur leur blog.
Photos (c) Louis&Adrien

2 réponses à “Louis&Adrien, les saveurs du terroir livrées à domicile

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s